samedi 10 août 2013

La calanque.

Immobile au sommet, les deux pieds bien rivés dans la rocaille,
je suis aux quatre vents.
Ondulant, le corps paresseux de la montagne se profile,
indifférent à mon bonheur.
Je lui crie qu'il est beau!

J'ai suivi mon idée de grimper sur le dernier plateau,
je me sens comme la cerise sur le gâteau!
L'ascension soutenue fait battre le cœur dans les oreilles.
Ma gorge est sèche de trop de souffles courts.
Juchée comme un corbeau sur la branche,
je découvre d'un seul embrassement la crique bleue,
toute en bas, on dirait un œil sans paupières,
satiné comme un miroir.

Un geai bleu me frôle puis s'élance, pique du bec
vers la calanque pour boire un coup.
Je poserais bien ici les fondations d'une cabane
fenestrée de tous les côtés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire