lundi 21 janvier 2013

En dehors du pragmatisme (G.É.)

Besoin de quelques instants pour une rêverie dérobée.

Un être se retrouve planté dans le décor,
immobile, comme parachuté dans une présence intense.

Son cœur bat la chamade,
peut-être est-il un renard aux aguets?
Entendant bien malgré lui, mais voulant oublier les conditionnements.
Les jambes emboitées dans ses pieds prisonniers.

Un être essoufflé, inquiet, récupère dans un rayon de soleil brûlant,
un rayon de conscience qui ferait fermer les yeux de force...
Et l'eau mouille l'intérieur de ses paupières séchées...

Besoin d'un arrêt immédiat.
Interrogations, doutes, soif de réponse.
Minutes prises d'assaut.

Vouloir quitter la prison d'un système, cette sensation d'étouffement,
l'impression de ne pas s'appartenir entièrement.
Peut-on vivre autrement?

À l' e x t é r i e u r, complètement à l' e x t é r i e u r
du labyrinthe de la p r o d u c t i v i t é ,
de la p e r f o r m a n c e et du p r a g m a t i s m e

Humain en dehors des sentiers battus,
battant de l'aile,
cherchant sa vraie vie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire